Yoga Nîdra, le sommeil conscient

10 Mars 2019
Yoga Nîdra Nantes

Yoga signifie "Union" et Nîdra "sommeil" 

Yoga-nidrâ est traduit par sommeil conscient ou sommeil yogique. Paradoxe, puisque lorsque nous dormons nous sommes censés de plus être conscient…

Un rapide calcul : si nous dormons 7h par nuit cela fait à peu près 25 ans d’inconscience dans une vie…
Le yoga, qui cherche l’éveil de tous nos potentiels, permet d’éclairer aussi ces zones de torpeur, de rendre le sommeil conscient, de rentrer dans un état de méditation si profond qu’il ressemble au sommeil. Yoga-nidrâ est un quatrième état de conscience, au delà de la veille, du sommeil avec rêves et du sommeil sans rêve.

Il est bien entendu possible de parvenir à cet état "quatrième" avec le yoga « classique » (dont c'est le but) mais  ce processus est intensifié par une méthode spéciale issue du yoga tantrique, le yoga-nidrâ. L’objectif de cette méthode est d’approcher l’état d’Eveil. Cela n’est possible qu’avec une parfaite maîtrise de la respiration, de la concentration et de la méditation. Heureusement avant d’atteindre cet hypothétique Eveil, d’autres effets se font sentir !

L’origine du yoga-nidrâ

Cette méthode est sans âge, hors du temps. Shiva, qui symbolise la Conscience Absolue, est parfois appelé « Seigneur du Sommeil », Celui en qui tout repose, Cause et Témoin de la manifestation de l’Univers. Sa compagne est la déesse universelle, interprétée comme étant la Nuit. 
Shiva éclaire la nuit. Il est celui qui révèle les profondeurs de l’inconscient et de l’inconnu.

Selon les textes tantriques, l’Univers n’est rien d’autre que le déploiement du Rêve Cosmique de Shiva…
Les tantras sont la transcription d’une connaissance et d’un enseignement qui se transmettaient oralement depuis des millénaires.
 Le Nidrâ Yoga est une méthode transmise essentiellement oralement dans le milieu ascétique et son origine historique reste imprécise.

Le Yoga Nidrâ est l'héritage d’hommes et de femmes qui vivaient dans des forêts et qui étaient en relation très intime avec la nature. Comme tous les "Homo Sapiens", ils se posaient des questions : « Y a-t-il une origine à la vie, existe-t-il un créateur, est-il possible de le connaître ? Qui suis-je ?… »
 

Les bienfaits du yoga-nidrâ

Les premières étapes constatées lors d'une séance sont celles d’une profonde relaxation physique et neuro-musculaire qui s’étend à la respiration et à la sphère émotionnelle et mentale.
Le corps dort , le mental ordinaire est au repos, mais le mental supérieur, reflet de la Conscience, veille.

Quelques étapes d'une séance : 

Lorque votre attention est dirigée vers l’extérieur, votre cerveau produit des ondes « Beta » d’une fréquence de 14 à 30 Herz cycles par seconde : c'est l'état de veille du quotidien.

Quand vous commencez à vous détendre, que votre attention revient vers plus d' intériorité et que votre mental "vagabonde" dans une rêverie libre, votre cerveau va passer en ondes « Alpha » de 8 à 13 cycles par seconde : c'est l'état typique de relaxation.

Si vous commencez à vous endormir, suite à cette relaxation, des images et pensées incohérentes apparaissent : le cerveau émet des ondes « Theta » de 4 à 7 cycles par seconde. Cela correspond à l’état de rêve, appelé « sommeil rapide" 

Dans le sommeil profond le cerveau du dormeur produit des ondes « Delta » encore plus lentes, de 0,5 à 3,5 cycles par seconde ; cet état est appelé « sommeil lent » et correspond à une totale inconscience (non souhaitable en séance mais nous faisons ce que nous pouvons...)

Une pratique de yoga-nidrâ au long cours permet d’entrer consciemment dans l’état de rêve puis de sommeil profond. C’est à ce niveau d’ondes Delta que l’on peut être en état de yoga-nidrâ. Seule une longue pratique et de la patience permet d’y arriver.

Les deux premiers niveaux, Alpha et Theta sont plus facilement atteints et sont déjà très bénéfiques au plan physique, émotionnel et mental. Ces niveaux permettent d’atteindre la tranquillité intérieure, base de la sérénité.

Les techniques préparatoires

La méthode propose d’observer attentivement le processus de l’endormissement en les détournant un peu :
soit en les ralentissant, pour prendre conscience de l’endormissement, par certaines techniques créatrices, soit en imitant volontairement certains mécanismes naturels pour induire l’état correspondant, comme certaines respirations.
De nombreuses techniques simples permettent de suivre le processus d’enfoncement dans le sommeil.

Il ne faut pas oublier de préparer le corps et le mental à l’immobilité totale demandée dans la séance, par des étirements doux, des postures relaxantes, des respirations apaisantes et de très nombreux exercices de concentration : il ne suffit pas de s'allonger en "shavasanâ" pour que cela fonctionne...D'où l'intérêt de pratiquer en parallèle un yoga postural associé au prânâyâma.

Une pratique de yoga-nidrâ assidûe comprend des pratiques de jour et de nuit, très spontanées, comme des "micro-pratiques" qui servent à maintenir un flux de conscience constant. L'enseignant saura guider son élève dans cette pratique aussi douce qu'efficace. Le seul danger de cette pratique : s'endormir !

En pratique

Une séance de yoga-nîdra au sol dure entre 35 et 45 mn : le professeur guide le pratiquant dans un processus permettant de traverser différents états de conscience, en se servant du corps immobile, de la respiration, de différentes techniques de concentration. Puis viendra le moment d'induire l'état méditatif en proposant un "objet", un "thème", qui sera le support de l'attention et de la concentration. Cet "objet" ou "thème" sera reconduit sur plusieurs séances. Ensuite un processus de "retour" vers l'état de veille est proposé.

Séance en cours individuel ou atelier.

Agnès Moriconi - Enseignante de yoga et yoga-nidrâ selon le Natha yoga