LA FEUILLE DE MURE

 

 

 

FICHE HERBE : LA RONCE    

 

 

 

 

Famille botanique complexe (nombreux hybrides, nombreuses espèces : Rubus

(rouge en latin). IL y a des centaines d’espèces toutes comestibles.

 

DESCRIPTION :

 

Arbrisseau à rameaux retombants, très ramifiés, munis d’aiguillons droits ou courbes. Les tiges anguleuses s’enracinent spontanément à leurs extrémités. Feuilles pennées à 3-5 folioles dentées. Fleurs blanches ou roses, 15-30 mm à 5 pétales distincts, nombreuses étamines. Fruits rouge puis noir-violet à maturité.

 

 

LIEU :

 

Haies, bord des chemins, bois.

 

 

EPOQUE DE CUEILLETTE :

 

Feuilles : mai à août – fruits : août à septembre – bourgeons :mars à avril.

 

PROPRIETES :

Feuilles 

Astringent, anti-inflammatoire, fongicide, bactéricide, antidiabétique.

 

Bourgeons :

 

Stimulant de la synthèse de l’os (ostéoclastie), améliore les pathologies pulmonaires.

 

Fruits :

Ses délicieuses baies (mûre)  servent à faire tartes, gelées, confitures, sirop…

Riches en vitamines PP, A, en fer et en pectine.

 

UTILISATIONS :

 

Feuilles 

. infusion en interne 20g par litre :

Diarrhées, diabète (modification de l’absorption des sucres), diminution des règles (hémostatique), maux de gorge.

 

. infusion en gargarisme, 30g par litre :

 Laryngite, trachéite, gingivite, muguet.

 

. infusion en externe 30g par litre :

Cicatrisation des plaies, dermatoses, mycoses, leucorrhées.

 

 

Bourgeons :

 

5 gouttes de macérat glycériné (en pharmacie – laboratoire Boiron), 3 fois par jour :

pathologies pulmonaires, arthrose, suites de fractures.

 

Utilisations « traditionnelles « :

 

Les bourgeons placés dans un bocal au soleil exsudent un liquide qui est utilisé pour les angines.

Les feuilles appliquées sur une plaie sont homéostatiques (premiers secours, ne dispensent pas d’une vraie désinfection !)

 

 

 

 

PETITE RECETTE :

 

Thé des familles

 

Feuilles de ronces, de framboisiers, d’aspérule et fleurs de primevère, en mélange dans une grande théière.

 

 

Gelée de mûres

 

Cuire les mûres dans une bassine, avec un verre d’eau par kilo. Lorsqu’elles deviennent rosées les passer dans un chinois ou une étamine. Ajouter la moitié du poids en sucre. Faire cuire 10 à 15 minutes. Diluer avec un peu de sirop 1g d’agar-agar pour 1.5 l de jus, l’ajouter 5 mn avant la fin de cuisson. Mettre en pot.

L’agar-agar est un gélifiant naturel (algue) qui évite de mettre trop de sucre et qui est en plus excellent pour les intestins !

 

 

 

 

Liens