L'AUBEPINE

L’AUBEPINE

 

Crataegus Oxyacantha  – Famille des rosacées 

« L’épine blanche » : Alba Spina en latin qui a donné « aubépine ». L’épine de mai.

 C’est bientôt la pleine saison de ce fabuleux arbuste à la blancheur candide. L’aubépine passe inaperçue pendant 11 mois et c’est au printemps que sa présence remarquable nous attire vers elle.

 Laissez vous gagner par la délicatesse de ses minuscules fleurs rosacées, aux pétales si délicats, au parfum si suave…

 Si vous cueillez ses fleurs faites attention à ses épines qui pourraient vous blesser ; admirez-là avec respect, l’aubépine est une salvatrice de très longue date. 

L’aubépine est la reine pour soulager le système cardio-vasculaire malmené en cette période de transition de saisons. Sa douceur efficace vous surprendra !

 Un peu d’histoire :

Une légende rapporte que le Christ était couronné d’aubépines lors de sa crucifixion.

« Depuis l'Antiquité, l'aubépine symbolise l'innocence et la pureté virginale. On dit qu'elle est très liée aux pratiques de sorcellerie du mois de mai.

Dans le Nivernais, on fixe dans la nuit du 30 avril, une branche de celle-ci à l'entrée des écuries et des étables, afin d'empêcher les araignées dites sorcières d'y pénétrer.

La branche d'aubépine bien épointée serait souveraine contre les vampires quand elle leur transpercerait le cœur.

On dit que la foudre ne l'atteint jamais.

Au lendemain du 24 août 1572, jour du Massacre de la Saint-Barthélémy, les massacreurs commencent à s'affaiblir. Soudain, une rumeur folle se met à courir : on a vu une aubépine morte refleurir au cimetière des Innocents ! C'est un miracle ! Un signe que Dieu approuve ce que font les catholiques ! Il faut donc continuer à tuer, à tuer encore et sans cesse les "hérétiques" ! Le massacre repart. Certains curieux veulent approcher l'aubépine miraculeuse. Impossible, elle est gardée par plusieurs rangs de soldats agressifs. Tellement bien gardée qu'elle n'existe que dans la rumeur, lancée par qui ? On l'ignore. »

(Wipikédia) 

Botanique :

Entre 200 et 1200 espèces d’aubépine : elle s’hybride très facilement. 

Durée de vie : une des plus vieilles aubépines de France est estimée millénaire. Elle se situe à Saint-Mars-sur-la-Futaie, dans le département de la Mayenne (53). Elle a une hauteur de 9 m.

 Habitat : espèce héliophile qui colonise les terrains abandonnés, même calcaires.
Rusticité : supporte le froid jusqu'à -17°

Taille maximale : 6-12 m.

Tronc ramifié.

Écorce fissurée en plaques gris pâle.

Feuillage caduc. Rameaux épineux. Des stipules importants sont à la base du pétiole, comme des petites feuilles.

Fleurs blanches en petits bouquets.
  

Propriétés :

- Fleurs : Tonicardiaque, hypnotique léger, fébrifuge, hypotenseur, antispasmodique.

- Baies : astrigentes (diarrhées) – dissolvant les calculs.

 L’aubépine peut s’utiliser sur une longue période, ses actifs ne s’accumulent pas dans l’organisme.

Les propriétés des fleurs rentrent profondément dans le système cardio-vasculaire mais en douceur.

 Les indications principales : TROUBLES DU SOMMEIL, PALPITATIONS, angine de poitrine, spasmes vasculaires, irritabilité, hypertension, angoisse, bourdonnements d’oreille dûs à la dystonie neurovégétative.

 Rappel : une alimentation saine et équilibrée, un rythme de veille/sommeil harmonieux et la pratique d’une activité facilitant la détente (yoga, tai chi, qi qong…) sont la base d’un sommeil réparateur.

Contre-indication : aucune.

Mode d’emploi :  en infusion, préparation galéniques en pharmacie (très nombreuses en synergie avec d’autres plantes sédatives), teinture mère. 

Cette fiche ne constitue pas une prescription médicale. Tout trouble de santé persistant nécessite l’avis de votre médecin.