LES FRUITS ROUGES

 

 

 

DELICIEUX FRUITS ROUGES !

 

Non seulement les fruits rouges sont exquis et rafraîchissants mais aussi ils sont une mine de précieuses vitamines, nutriments et oligo-éléments.

 

Leur couleur est due à la présence d’anthocyanes, molécules proches des polyphénols, préventives des maladies cardiovasculaires et cancéreuses.

 

Mangez des fruits rouges, extra-frais, si possibles sans sucre, faites-en des jus, des gelées, des tartes, des infusions…

 

Revue de détails de leurs propriétés :

 

 

La myrtille

 

Cette baie à la saveur aigre-douce et astringente que l’on trouve dans les montagnes silicieuses est à elle seule une extraordinaire source de nutriments : vitamines A et C, myrtilline, pectine, tanins, divers acides organiques…

Ses feuilles sont riches en fer et manganèse et en acides organiques, en tanins, en flavonoïdes et autres acides triperpéniques…

 

Grâce à ses tanins cet arbuste est un formidable antidiarrhéique (feuilles et fruits SECS) : une infusion de feuilles ou de fruits secs suffit à stopper la diarrhée. Pour les bébés, une ampoule de jus de myrtille stoppe la diarrhée en douceur.

Les fruits frais sont au contraire un peu laxatifs et donc recommandés en cas de paresse intestinale (comme les pruneaux). Ils sont également anti-infectieux et antidiabétiques.

 

Boire du jus de myrtille et  manger des myrtilles fraîches est un très bon remède contre les troubles de la perméabilité capillaire, l’insuffisance veineuse et les troubles vasculaires rétiniens. Pendant la seconde guerre mondiale les aviateurs de l’Air Force mangeait de la confiture de myrtilles afin d’aiguiser leur vue nocturne…De nos jours de nombreuses études scientifiques ont mis en valeur ces effets sur la vue.

 

L’extrait de myrtille combat également les collibaciloses par ses effets antibiotiques naturels.

Les feuilles sont indiquées dans l’eczéma et les maux d’estomac.

 

En magasin bio vous trouverez diverses préparations (ampoules, infusion, baies séchées) mais n’oubliez pas d’en manger fraîches ou à la rigueur congelées ou en marmelades bio non sucrées (un pur délice !).

 

Si vous les récoltez vous-mêmes, attention à ne pas en consommer en excès : risque d’échi-multiloculaire quand les myrtilles sont contaminées par les animaux sauvages atteints de cette maladie.

 

 

Le cassis

 

Ce fruit au côté un petit peu « rétro » est à reconsidérer : une mine de bienfaits !

 

Cultivé largement en Bourgogne (la célèbre crème de Cassis de Dijon), cet arbrisseau est d’une simplicité extrême à cultiver et chaque jardinier et jardinière devrait le réhabiliter.

 

Les feuilles et les bourgeons, délicatement parfumés, contiennent des acides aminées, des huiles essentielles, des flavonoïdes, de l’acide ascorbique…

Les fruits sont riches en pectine, tanin, acides organiques et ascorbiques, flavonoïdes, myrcétol, huile essentielle.

 

Les feuilles sont réputées pour leurs propriétés diurétiques et antirhumatismale et ont un effet hypotenseur.

 

Les bourgeons grâce à leurs flavonoïdes ont les mêmes propriétés et sont anti-inflammatoires, immuno-stimulants et cortico-stimulants ; rien que ça !  Rappellez-vous dans la cure de printemps conseillée dans la rubrique « Naturopathie », le Ribes Nigrum…c’est le macérat glycériné de bourgeons de cassis. Un petit remède pour de grands effets…

Feuilles et bourgeons sont un traitement de fond des rhumatismes et de la goutte, de l’arthrose. Anti-inflammatoire et diurétique.

Feuilles : 100g/l, boire 500 ml par jour.

En cas de piqûre d’insecte : une feuille froissée sur la zone calme la douleur et apaise la zone.

 

 

Les fruits du cassis sont très riches en vitamine C (plus que le citron bio), potassium et vitamine P : effet coup de fouet garanti ; ils sont veinotoniques et vasculoprotecteurs ; eux aussi améliorent la micro circulation, sont anti-oedémeux  et favorisent l’acuité visuelleanti-diarrheiques grâce à leur pectine.

 

Le saviez-vous : ce fruit est si riche en vitamine C que même la cuisson ne parvient pas à les détruire !  Donc foncez sur les gelées de cassis, sorbets, desserts…

Voir la recette de la gelée de cassis dans la rubrique « Le coin des gourmands ».

 

Un peu d’histoire : au XVIII eme siècle le cassis était une panacée.

L’abbé P. BAILLY conseillait d’en faire une large culture familiale afin de favoriser la longévité humaine.

 

Ce fruit est à redécouvrir absolument !

 

 

La groseille

 

Cet arbuste fait partie également du genre « ribes » comme le cassis et le groseillier à maquereau (Ribes uva-crispa).

La groseille contient fibres, mucilages, acides organiques, glucides,magnésium, calcium, potassium, fer, vitamine C et bétacarotène et surtout elle est gorgée de flavonoïdes (64 mg aux 100 g), formidables régénérateurs de la peau.

 

Elle est laxative, apéritive, laxative, diurétique, reminéralisante, astringente et dépurative et conseillé en cas d’inappétence, de constipation, obésité, plaie, inflammations digestives et urinaires, dartres, rhumatismes.

 

Mangez des groseilles, au sucre, en mélange avec des framboises, des fraises, en gelée, en aspic…La gelée de groseilles a les mêmes propriétés que le jus de groseilles (Docteur Jean Valnet) et en plus elle est délicieuse.

 

 

 

 

 

 

 

Le fraisier

 

Les « vraies » fraises de jardin ou bio sont exquises et source de vitamines C (60 mg au 100 g) et nutriments (fer, calcuim et magnésium)  - elles font partie des fruits qui contiennent le plus de vitamine C. Elle est permise aux diabétiques.

 

C’est surtout le rhizome qui est employé en phytothérapie (astringent antidiarrhéique et dieurétique).

 

La fraise fait partie des aliments “histamino-libérateurs” ; sa consommation libère de l’histamine dans l’organisme, ce qui provoque chez un sujet prédisposé l’apparition de phénomènes de type allergique (urticaire notamment).
Une solution pour pouvoir manger des fraises sans allergie est de s’accoutumer progressivement, en douceur, à dose « homéopathique ».

 

La fraise est reminéralisante, dépurative, laxative, tonique, diurétique, bactéricide. Elle sert à la fabrication d’un masque nettoyant pour le visage.

Mangez les fraises à jeun ou à l’apéritif pour profiter un maximum de ses propriétés.

 

Masque à la fraise :

5 grosses fraises écrasées et filtrées à travers un linge ou un tamis. Mélanger avec un blanc d’œuf battu en neige. Ajouter 20 gouttes d’eau de rose et 10 gouttes de teinture de beinjoin. Appliquer sur le visage au pinceau. Garder une heure et rincer à l’eau bicarbonatée (15g pour un litre d’eau) – ce masque est purifiant et regénérant.

 

 

 

 

La framboise

 

Délice des délices que ce fragile fruit de nos étés !

 

Ses propriétés sont identiques à celles de la fraise, en plus riche au niveau du potassium (200 mg aux 100 g).

Ce fruit est réputé pour son acide allagique, un polyphénol antioxydant qui a un rôle important à jouer dans la prévention du cancer (lire le livre « Anticancer » dans notre bibliothèque). Elles sont favorables aux diabétiques, dyspéptiques et rhumatisants.

 

Les framboises facilitent le transit intestinal mais sont déconseillées aux personnes atteintes de diverticules intestinaux (comme tous les fruits à pépins).

 

Les feuilles sont utilisées contre les affections respiratoires et allergiques et les bourgeons (Rubus Idaeus en gémmothérapie) contre les affections féminines (dysménorrhées, amménorhées, pré-ménopause et ménopause, règles difficiles de l’adolescence, règles douloureuses…).

 

Avec les feuilles vous pouvez confectionner un délicieux thé maison : mélanger des feuilles de framboisier, cassissier, ronce, fleurs de primevère officinale (« coucou ») et  vous obtiendrez une boisson reconstituante et légère.

 

 

La mûre

 

La saveur astringent et sucrée de ces baies sauvages est bien connue de tous les promeneurs gourmands.

Très riches en vitamines PP, A, fer et pectine, ne vous en privez pas !

 

Les feuilles sont astringentes et recommandées en cas de diarrhées et leucorrhées. Les bourgeons et les feuilles sont utilisées contre angines, aphtes, maux de gorge et diabète.

 

 

Fruits rouges et acidité : la saveur acidulée, parfois très prononcée (groseilles pas assez mûres), pourrait faire craindre à un effet acidifiant sur l’organisme. Pas de crainte ! Les minéraux qu’ils contiennent sont transformés en bicarbonates qui ont une action alcalinisantes sur l’organisme (même système que le citron bio).

 

 

Alors, convaincus ?

 

Mangez des fruits rouges ! Récoltez leurs feuilles soigneusement, buvez leurs jus, leurs tisanes, récoltez les fruits ou achetez-le sur les marchés d’été, procurez-vous les macérats de bourgeons, profitez-en !

 

Ces cadeaux de la nature sont vous l’avez compris  une mine de bienfaits et de…gourmandise !

 

A voir dans la rubrique « le coin des gourmands », les recettes à base de fruits rouges.

 

Bon été et bonnes dégustations !

 

 

 Les fruits rouges.doc