LA REINE DES PRES

LA REINE DES PRES

Spiraea ulmaria – barbe des chênes, herbe aux abeilles, spirée filipendule, ulmaire.

Famille : Rosaceae

 DESCRIPTION :

 Plante herbacée vivace (1 m à 1.50 m) – tige rougeâtre sillonnée – fruits enroulés en hélice

Face des feuilles vert sombre et face intérieure argenté, duveteuse – inflorescence composé de petites fleurs blanc jaune.

 

LIEU :

 Prés, bords des ruisseaux, endroits humides : France et Europe.

 CONSTITUANTS : dérivés flavoniques,,spiréloside, acide salycilique, vanilline, tanins, huile essentielle.

 

 PROPRIETES :

 La partie utilisée est la sommité fleurie  : antiinflammatoire (acide salichylée) – antispamodique – dieurétique (flavonoïdes et sels minéraux)

Se récolte en juillet et aout avant l’épanouissement complet des fleurs. Attention : le séchage doit être rapide pour éviter la fermentation.

 UN PEU D'HISTOIRE :

En 1838 le médecin Rafaele Piria découvre dans l’oxydation de l’aldéhyde salicylique  l’acide salicylique.

   2) c’est à partir de cette acide salicylique que le chimiste strasbourgeois Charles-Fréderic Gerhardt a découvert en 1853 l’acide acétyl-salicylique, dérivé du précèdent, qui est le plus répandu de tous les médicaments : l’aspirine.

   3) le nom même de ce médicament évoque les liens étroits qui le rattachent à la Reine des Prés car il lui a emprunté son appellation scientifique en passant de « spirée » à « aspirine ».

Le parfum suave et aromatique qu’exhale la plante la faisait jadis employer pour parfumer la bière, l’hydromel, ou le vin, auxquelles elle communiquait une très fine saveur de malvoise, ce célèbre vin grec au goût de Muscat.
Elle passait pour être sudorifique, cordiale, vulnéraire et détersive autrefois, mais elle ne semble pas avoir était utilisée par les Anciens, et fort peu par les médecins du XVIIé et XVIIIé siècle.
C’est seulement vers 1850 que ses propriétés antirhumatismales et diurétiques ont été remises en lumière par l’abbé Obriat, un curé de Haute-Marne, qui fit connaître les succès qu’il en avait obtenus dans le traitement des hydropisies. Teissier, médecin de l’Hotel-Dieu de Lyon, ayant eu connaissance de ses succès se livra à des expériences qui démontrèrent à l’évidence les propriétés particulièrement diurétiques de la plante.

UTILISATIONS :

 Anti-rhumatismale (rhumatisme) – cellulite, rétention d’eau (diurétique), oedème – inflammations – infections bronchiques (étude récente démontrant son efficacité sur la fibre bonchique) - fièvres.

S’utilise également pour nos amis les animaux.

 Infusion : 30 g/l faire infuser 10 à 15 mn – 2 à 3 verres par jour.

Poudre : 150 mg par gélule 2 gélules 2 à 3 fois par jour.

  

Ne pas utiliser chez la femme enceinte.

 

 

L’avis des ateliers : cette plante fait partie de la pharmacopée préférée d’Agnès qui l’emploie depuis quelques années avec succès. Plante très efficace. Evite la prise d’anti-inflammatoire chimique.

 

 

 

Demandez l’avis à votre médecin. Cette fiche n’est donnée qu’à titre d’information et ne peut être substitué à un avis thérapeutique professionnel